Una, nessuna, centomila Rivoluzioni. Il tessile e i sindacati nel Sahel tunisino all’indomani della caduta di Ben Ali

Promotion: 2014 – FREE MOVER

Institution: Université de Turin

Titre: Une, aucune, cent mille Révolutions. Le textile et les syndicats dans le Sahel tunisien au lendemain de la chute de Ben Ali

Terrain: Sousse, Monastir, Mahdia, Tunisie

Soutenue en: Avril 2016

Abstract: À l’aube de 2016 on peut affirmer que tous les changements que la révolution a déclenchés ne peuvent ni être directement expliqués par le moment révolutionnaire ni en être la conséquence directe. En se focalisant sur les éléments de continuité au sein de la fracture de 2011, on a voulu rendre compte de la complexité du « fait révolutionnaire » en proposant une analyse des mécanismes et des présupposés qui ont permis au secteur textile et de l’habillement d’affecter la réalité socioéconomique du Sahel. On a privilégié une approche analytique-interprétative et on a regardé les phénomènes observés sur le terrain de façon rétrospective, afin de les insérer dans une dynamique de longue période.

Le fil conducteur a été celui de la présence et de l’action des syndicats UGTT, considérés en tant qu’élément structurant un certain système de rapports de force et, en même temps, indicateur de la crise de ce dernier après 2011. L’augmentation des adhésions à l’UGTT, leur diminution dans un deuxième moment et l’affirmation d’une nouvelle pluralité syndicale paraissent des phénomènes liés à une tendance plus profonde, dus soit au moment de transition en cours soit à une crise des modes de gouvernement qui remonte bien avant la révolution. Ensuite, on s’est parallèlement interrogé sur la crise du secteur textile, qui s’avère emblématique de la situation économique nationale spécifique à la période post-2011 : la « fin du miracle économique » benaliste. En outre, on a fait référence au thème de la disponibilité de main-d’œuvre et à celui de l’opportunité d’accès au travail industriel, éléments qui ont subi un changement transversal, dû soit au moment révolutionnaire soit aux transformations du marché. Les conditions d’emploi toujours plus précaires ont été donc mises en relation avec le rôle des syndicats et la négociation de l’ordre social au Sahel.

En conclusion, on a pu mettre en exergue « plusieurs révolutions », mobilisant différents imaginaires, trajectoires, réseaux de relations et dont l’épilogue est encore incertain.

Contact: gaia.gondino@hotmail.it

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.